Vous êtes ici

Tremblement de terre au Népal

Tremblement de terre au Népal du 25 avril 2015

Le Népal a été frappé le 25 avril 2015 par un violent séisme de magnitude 7,9 (épicentre situé à 77 km au nord-ouest de la capitale Katmandou), qui a causé des milliers de morts et endommagé une grande partie du patrimoine historique du pays.

Selon les estimations de l’United States Geological Survey, le coût du sinistre sera avec une probabilité de 34% entre 1 milliard et 10 milliards de dollars et avec une probabilité de 29% entre 10 milliards et 100 milliards de dollars pour un montant très faible assuré. Les pertes économiques peuvent dépasser le PIB du Népal qui n’est que de 19 milliards de dollars.

Ce pays a une forme de  trapèze de 800 km de longueur et 200 km de largeur. Sa superficie est d’environ 147 181 km² dont 20% cultivable.

Le Népal est un pays géographiquement, financièrement et commercialement enclavé entre la Chine et l’Inde et partage avec ces pays 2 810 km de frontière. 

La monnaie népalaise est ancrée sur la roupie indienne.

Le Népal fait partie des pays les moins développés du monde : il est classé 138e sur 177 pays en terme d’indice de développement humain. Le pays reste très largement rural (82 % d’une population de 30 millions d’habitants), bien que l’agriculture ne représente qu’un tiers du PIB.

PIB : 19 milliards de dollars (FMI, 2014) 
PIB par habitant : 799 dollars (FMI, 2014)

Principal client : Inde (68,8%) 
Principal fournisseur : Inde (61,3 %)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (CIA world factbook, 2013) :

Agriculture : 35,1%

Industrie : 15,7%

Services : 49,2% (essentiellement le Tourisme)

Notamment, plus de 68 % de la population gagne moins de 70 USD par mois.

L’ampleur de ce type de catastrophe naturelle frappant des pays sous le seuil de la pauvreté fait ressortir la problématique de l’assurance qui représente au Népal en 2013 environ 277 millions USD soit 1,46% de son PIB essentiellement en VIE et donc concerne une minorité de la population.

Les solutions envisageables ne peuvent passer que par la Micro-Assurance et des partenariats public/privé que l’Apref encourage.

Ce pays ne pourra se relever sans l’aide internationale et mettra du temps à se reconstruire pour retrouver le niveau actuel qui était déjà très faible.

Déjà l’Asie a payé le plus lourd tribut en termes de pertes de vies humaines en 2014, avec plus de 7 000 victimes à la suite de catastrophes naturelles et techniques. Le coût total des événements catastrophiques dans la région en 2014 est estimé à environ 52 milliards USD, alors que les dommages assurés ont dépassé les 5 milliards USD. (source SIGMA 2/2015)

Voir l'article de l'Expansion

 

Association des Professionnels
de la Réassurance en France

26 boulevard Haussmann
75009 Paris - FRANCE